Statistiques relatives au marketing et aux médias acquis

Relations avec la marque

  • Seulement 23 % des consommateurs de la génération Y affirment entretenir des relations avec les marques, et plus de la moitié d’entre eux affirment avoir formulé des plaintes auprès des entreprises qui sont demeurées sans réponses (Inc. [en anglais], août 2017)
  • 56 % des consommateurs de la génération Y affirment interagir avec les marques sur une base hebdomadaire. Si vous n’êtes pas à l’écoute, vous manquez des occasions! (Astound Commerce Global Brand Survey, août 2017.)

Transformation du secteur des communications

  • 16 % des responsables de communication principaux réservent au moins un cinquième de leur budget annuel à la mesure, à la surveillance et à la compréhension de l’incidence de leurs programmes de communications. Il s’agit d’une augmentation de 11 % par rapport à 2017. (Rapport mondial sur les communications 2018 de Cision et PRWeek, Novembre 2018)
  • 63 % des responsables de communication à l’interne affirment que les communications font partie de la fonction marketing au sein de leur marque, alors que 37 % d’entre eux indiquent que les communications n’en font pas partie (Rapport mondial sur les communications 2018 de Cision et PRWeek, Novembre 2018)

Défis relatifs aux communications de marketing

  • Parmi les cadres supérieurs du secteur du marketing et des communications ayant participé à ce sondage, 36 % ont répondu « les talents » et « les outils » à la question concernant les aspects les plus importants à améliorer en matière de technologie et de données. En 2017, 41 % des répondants avaient sélectionné « les outils », alors que 32 % d’entre eux avaient sélectionné « les talents ». (Rapport mondial sur les communications 2018 de Cision et PRWeek, Novembre 2018)
  • 75 % des marques attestent que l’identification des influenceurs pertinents constitue le plus grand obstacle aux campagnes de médias acquis (emarketer, juillet 2015).
  • 72 % des professionnels du marketing considèrent « la difficulté d’identifier les bons clients potentiels et d’interagir avec eux au bon moment » comme un problème et un obstacle à la réalisation de leurs objectifs de marketing (Cision The Earned Media Opportunity, juin 2016).
  • À l’échelle mondiale, 51 % des responsables de communication principaux considèrent que les compressions budgétaires comptent parmi leurs trois défis les plus difficiles à relever, suivies de « l’incapacité de mesurer efficacement l’incidence » (50 %) et de la concurrence livrée aux médias payés sur le plan des budgets (47 %). (Rapport mondial sur les communications 2018 de Cision et PRWeek, Novembre 2018)
  • Alors que le resserrement des budgets représente de toute évidence un défi à l’échelle mondiale – 26 % des professionnels des communications ont indiqué qu’il s’agit de leur défi principal – les communicateurs de partout dans le monde se rendent compte qu’ils ont besoin de mesurer plus efficacement les répercussions de leur travail (Rapport mondial sur les communications 2018 de Cision et PRWeek, Novembre 2018)

Stratégies et dépenses en matière de médias acquis

  • 75 % des professionnels du marketing prévoient augmenter leurs dépenses en RP au cours des cinq prochaines années (THEDRUM, mai 2017)
  • Les professionnels du marketing considèrent que les médias détenus représentent la meilleure façon d’utiliser leur budget marketing (Cision The Earned Media Opportunity, juin 2016).
  • Les professionnels du marketing issus de la génération Y ont une opinion plus favorable de l’efficacité des médias acquis que leurs collègues baby boomers (Cision The Earned Media Opportunity, juin 2016).
  • Les relations publiques (une tactique de marketing d’attraction) sont considérées par les spécialistes du marketing B2B et B2C comme plus efficaces pour générer des pistes que les tactiques d’attraction comme les médias imprimés, la télévision et la radio, ainsi que les publicités natives et mobiles (Cision The Earned Media Opportunity, juin 2016).
  • 72 % des grandes entreprises surveillent les réseaux sociaux à la recherche d’occasions offertes par les médias acquis (Cision The Earned Media Opportunity, juin 2016).
  • 60 % des professionnels des communications du Canada estiment être toujours en mesure de déterminer efficacement les bons influenceurs à cibler avec leurs initiatives, et, en conséquence, d’avoir une incidence sur le comportement des clients (Rapport de communications mondiales 2017 – PR Week/Cision, novembre 2017).

Statistiques sur les relations avec les médias

Situation des journalistes

  • Entre 1994 et 2014, les salles de nouvelles ont supprimé plus de 20 000 emplois, ce qui représente une diminution de 39 % du nombre d’emplois (Pew Research[page en anglais], juin 2017)
  • Le public n’est pas devenu une source importante de renseignements, car seulement 21 % des journalistes ont affirmé que celui-ci constituait une de leurs deux principales sources de renseignements, ce qui laisse entendre que les journalistes canadiens sont prudents au moment d’avoir recours au public pour recueillir des nouvelles (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).

Communication avec les médias

  • Les journalistes préfèrent toujours utiliser le courriel comme principal moyen de communication, alors que plus de 90 % des répondants ont indiqué qu’il s’agit de la meilleure façon de lancer des idées d’article (Rapport de Cision sur la situation des médias, mars 2017).
  • 58 % des influenceurs et des journalistes ont indiqué avoir décidé de couvrir une histoire en voyant que l’auteur de la présentation s’était renseigné sur leur travail précédent, leurs champs d’intérêt et leur domaine de spécialité (Rapport de Cision sur la situation des médias, mars 2017).
  • 82 % des journalistes affirment que les professionnels des RP peuvent s’améliorer en effectuant des recherches et en s’efforçant de comprendre les médias pour lesquels ils travaillent (Rapport de Cision sur la situation des médias, mars 2017).
  • 72 % des journalistes affirment que les professionnels des RP peuvent s’améliorer en adaptant leur présentation pour qu’elle convienne aux sujets ou aux domaines qu’ils couvrent (Rapport de Cision sur la situation des médias, mars 2017).

Médias sociaux

  • L’interaction avec l’auditoire sur les médias sociaux est une activité importante pour de nombreux journalistes canadiens, alors que 11 % d’entre eux affirment interagir avec leur auditoire sur les médias sociaux chaque heure, et 45 % d’entre eux chaque jour (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • Plus de la moitié (52 %) des journalistes canadiens estiment ne pas être en mesure d’effectuer leur travail sans les médias sociaux, un chiffre en hausse par rapport aux 43 % des répondants qui croyaient la même chose en 2012 (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • 45 % des journalistes canadiens ont indiqué utiliser plus de cinq types de réseaux sociaux au moins une fois par semaine pour le travail. 80 % des journalistes utilisaient plus de trois types de plateformes, et seulement 8 % d’entre eux travaillaient avec un seul type de réseau social (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • Les journalistes canadiens qui se spécialisent dans le style de vie, la mode, la culture, les sports et les divertissements sont ceux qui passent le plus de temps sur les médias sociaux, alors que 54 % d’entre eux passent trois heures ou plus sur les plateformes sociales chaque jour (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • La majorité (76 %) des journalistes d’affaires et des spécialistes des industries  au Canada utilisent les plateformes sociales sur une base quotidienne, mais seulement quatre pour cent d’entre eux y consacrent plus de quatre heures chaque jour (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • Les journalistes indépendants canadiens étaient plus susceptibles d’interagir avec leur auditoire sur une base quotidienne ou toutes les heures sur les réseaux sociaux (76 %) que leurs collègues qui occupaient un emploi à temps plein (63 %) (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • Sans surprise, 72 % des journalistes canadiens ont indiqué que les réseaux sociaux étaient le moyen privilégié pour communiquer avec le public. Ceux-ci offrent aux journalistes une méthode de communication unique avec leur auditoire (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).
  • La vaste majorité des journalistes canadiens croyaient aussi (86 % d’entre eux étaient d’accord ou fortement d’accord) que les réseaux sociaux encourageaient les journalistes à privilégier la rapidité plutôt que l’analyse (Étude sur le journalisme social canadien en 2017 – Cision, octobre 2017).