Linda Olsen est une journaliste primée qui est née et a grandi à Calgary. Elle est la chef d’antenne du bulletin de nouvelles de 18 h à Global News Calgary. Au cours de ses 20 années passées à Global, elle a été témoin des évènements les plus marquants de la ville, y compris les inondations qui ont frappé le sud de l’Alberta en 2013.

Suivez-la sur Twitter à @Linda_Olsen.

 

 

À quoi ressemble le travail de chef d’antenne pour le réseau Global News à Calgary?

Il s’agit d’un emploi stimulant, exigeant et excitant. Je suis née à Calgary, et j’y ai grandi, et j’aime notre rôle qui consiste à présenter des nouvelles aux gens tous les jours. En tant que personnalité publique, c’est toujours un plaisir de discuter avec les téléspectateurs qui prennent le temps de m’aborder à l’extérieur de la salle de rédaction, dans la rue ou lors de certains évènements que nous couvrons. C’est une excellente façon de communiquer avec eux et de découvrir leurs champs d’intérêt.

 

De quelle façon choisissez-vous vos sujets?

Nous prenons en compte plusieurs facteurs au moment de décider des sujets à couvrir. Nous misons sur une équipe exceptionnelle de producteurs, de journalistes, de photojournalistes et de graphistes qui participent à nos nombreuses réunions tout au long de la journée. Nous décidons ensemble des sujets à couvrir et de la façon de s’y prendre.

Il s’agit d’un processus axé sur la collaboration au cours duquel, souvent, différentes idées et différents points de vue sont pris en compte. Nos réflexions portent aussi sur l’importance de la nouvelle pour nos téléspectateurs, et sur leur intérêt à l’égard de celle-ci. Parfois, nous ne disposons pas des éléments visuels les plus intéressants concernant une nouvelle. Par contre, lorsque le sujet traité est important, nous accordons à cette dernière davantage de considération. Évidemment, puisque nous utilisons un outil de communication visuel, une nouvelle accompagnée d’une vidéo captivante devient une priorité. Les nouvelles évoluent pendant la journée, et parfois, ce qui semble être une idée géniale en début de journée n’en est plus une au moment des nouvelles du soir. Par contre, nous poursuivons la conversation au sujet des meilleures nouvelles à traiter dans le cadre du bulletin Global News Hour at 6.

 

Quel est le rôle des médias sociaux dans votre travail?

Les médias sociaux sont très importants dans le cadre de nos tâches quotidiennes. Je suis présente sur Instagram, Twitter et Facebook sur une base régulière, et je communique avec les téléspectateurs pour obtenir des suggestions de nouvelles et répondre à leurs commentaires sur les sujets que nous traitons. De plus, nous utilisons davantage les médias sociaux dans le but d’informer les téléspectateurs des sujets à venir lors de notre bulletin du soir, ou lorsque nous sommes en direct d’un évènement communautaire. C’est une excellente façon d’obtenir de la rétroaction en temps réel qui, de plus, permet aux gens présents sur les médias sociaux de communiquer avec nous.

 

Décrivez l’une de vos journées typiques.

Lorsque j’arrive à la station, je parcours les centaines de courriels que nous recevons chaque jour. Nous faisons le tri parmi les communiqués, les suggestions de nouvelles et les commentaires des téléspectateurs. Cela exige beaucoup de temps, mais nous ne voulons pas passer à côté d’un élément important. Par la suite, nous tenons des réunions éditoriales, habituellement trois pendant la journée, où nous discutons des pistes de nouvelles intéressantes, avant de faire le suivi des progrès de nos journalistes sur le terrain. Au cours de ces réunions, nous discutons aussi de la façon de couvrir la nouvelle, et de la place que celle-ci occupera lors de notre bulletin de nouvelles du soir. J’assiste aussi fréquemment à d’autres réunions avec des gestionnaires et des collègues au sujet de notre couverture médiatique de manière générale sur l’ensemble de nos plateformes (télévision, radio, site Web).

Je contribue aussi beaucoup à des initiatives communautaires, et je participe à différentes réunions, avec des groupes dont les valeurs s’harmonisent aux nôtres, au sujet du partage de leurs nouvelles avec notre public. J’anime et je présente des évènements un peu partout dans la ville. De plus, j’assiste souvent à des réunions et je corresponds au sujet de ces évènements et scénarios. Ensuite, je participe à la rédaction et à la présentation du bulletin Global News at 5, puis je présente le Global News Hour at 6.  Mes journées sont bien remplies, mais toujours différentes et intéressantes.

 

Quel est votre principal conseil aux responsables des RP?

Comme je l’ai dit, nous recevons des centaines de courriels chaque jour. Mon principal conseil serait de concentrer vos efforts sur la phrase d’introduction! Si vous ne parvenez pas à attirer mon attention pendant les premières lignes, il est possible que je passe à côté du contenu important. Notre responsable des affectations prend davantage le temps de tout lire, mais si vous communiquez avec un groupe de journalistes ou un journaliste en particulier, vous devez capter l’attention à l’aide d’une déclaration audacieuse, puis ajouter quelques détails au sujet de l’évènement ou du problème. Ajoutez les renseignements concernant la date et l’heure à la fin de votre texte seulement.

Et n’oubliez pas, faites le suivi! Tout le monde est occupé, et parfois le téléphone peut sonner longtemps, mais n’abandonnez pas. Rappelez-nous votre nouvelle ou votre évènement, afin d’attirer de nouveau notre attention.

 

Quelle est la nouvelle que vous avez préféré traiter entre toutes?

J’ai eu la chance de travailler sur la série Global’s Woman of Vision pendant 15 ans. Chaque mois, nous dressions le portrait de femmes inspirantes de la communauté de Calgary. Je rédigeais une chronique dans le Calgary Herald et je préparais des reportages pour le Global News Hour at 6, dans le but de partager l’inspiration et la vision de ces femmes. J’ai rencontré tellement de femmes formidables dont les histoires personnelles et professionnelles m’habitent encore. Je serais incapable d’en choisir seulement une! Je me souviens aussi de la couverture des inondations qui ont frappé le sud de l’Alberta en 2013. Cette nouvelle n’était pas facile à traiter. Par contre, encore une fois, comme je suis née à Calgary et que j’y ai grandi, il était important pour moi d’être au cœur de la nouvelle et de m’assurer que les téléspectateurs obtiennent les renseignements dont ils avaient besoin pendant cette période.

 

Quelle nouvelle aimeriez-vous le plus couvrir?

Ma nièce est une gymnaste olympique qui a représenté fièrement le Canada aux Jeux de Rio. J’ai pu l’interviewer lors de son retour à Vancouver, mais je rêve de me rendre avec elle à Tokyo afin de couvrir ses performances lors des Jeux d’été qui se tiendront au Japon en 2020!

Ou encore, est-il possible de trouver une nouvelle que je peux couvrir sur une plage d’Hawaï?

 

Quel est le site Web que vous consultez le premier en début de journée?

Global News et Newstalk 770. Ensuite, je consulte Twitter pour trouver des liens vers des nouvelles intéressantes.

 

Café, bière ou autre?

Cela peut sembler difficile à croire, et la plupart des gens disent « pardon? » lorsque j’en parle, mais je n’ai jamais bu de café! Alors que j’étais dans la vingtaine, j’ai confié à mon ancien collègue, le merveilleux Darrel Janz, que je ne buvais pas et que je ne fumais pas. Il m’a alors répondu, avec une lueur dans l’œil : « Que fais-tu dans ce milieu alors? Comment vas-tu survivre? » J’aime prendre un thé latté chai (énormément) ou un verre de vin blanc de temps à autre.

About Melissa Meyer

This author has yet to write their bio.
Meanwhile lets just say that we are proud Melissa Meyer contributed a whopping 52 entries.