Ce poste est apparu à l’origine sur Newswire.ca

 

Le Canada est l’un des rares pays au monde à reconnaître deux langues officielles. Pour les entreprises canadiennes, cela signifie souvent qu’elles doivent produire des campagnes de communications et de marketing en anglais et en français.

Quand il est question de stratégies de marketing, le fait de communiquer avec l’auditoire francophone du Québec ne pose aucun problème. Selon l’entreprise Colliers International qui rédige des rapports de recherche de pointe en matière d’immobilier commercial, le Québec a compté pour environ 22 % des dépenses au détail au pays entre janvier et août 2014.

Pourtant, une simple traduction de vos communiqués anglais est-elle le meilleur moyen d’établir votre marque au Québec? De l’avis de nombreux experts, la réponse est non. Si vous souhaitez réussir à faire connaître votre marque au Québec, vous devez comprendre que ce marché est distinct et que les consommateurs québécois ont des comportements spécifiques.

Simon Blanchard, professeur adjoint de marketing à Georgetown University’s McDonough School of Business affirme que les communicateurs doivent réaliser que ce qui rend le Québec unique va au-delà de la langue : 

« C’est facile de penser que la plus grande différence repose uniquement sur la langue, mais cela va plus loin. Les différences sociodémographiques et culturelles qui existent entre les Québécois et le reste des Canadiens peuvent grandement influencer les décisions en matière de consommation. Les Québécois satisfont leurs besoins différemment. »

En raison de contraintes budgétaires, le Québec fait souvent l’objet d’une réflexion après coup. Par ailleurs, le fait de confier la traduction de vos messages à des non-professionnels ou à des traductions ad hoc peut entraîner de réelles conséquences.

« Les Québécois relèvent les erreurs et le manque de connaissances quant aux nuances locales », a expliqué Éric Blais, président de Headspace Marketing Inc., dans un récent article paru dans le Canadian Business. M. Blais recommande d’ajuster votre offre de services et d’adapter votre message afin d’établir un lien avec les consommateurs sur ce marché.

En plus d’élaborer une stratégie distincte qui adapte les offres et les messages de votre campagne en fonction de ce marché unique, le fait d’investir dans un service de traduction établi au Québec peut vous assurer que vos messages sauront capter les subtiles différences qui feront écho auprès des Canadiens francophones.

« Combien de temps avez-vous passé à écrire un communiqué de 3 000 mots? Vous y avez longuement réfléchi et y avez consacré beaucoup de temps et d’efforts. En conséquence, pourquoi ne pas accorder autant d’importance à la traduction? », demande Christiane Levêque, chef, Services linguistiques à CNW. « En réalité, faire traduire vos messages au Québec, pour les gens du Québec, est logique. Vous serez ainsi certain que votre message sera bien transmis et que votre marque n’en retirera que des avantages. »

Au bout du compte, il est important de se rappeler que faire des affaires dans un marché extérieur signifie plus que la simple utilisation d’une autre langue. L’élaboration d’une stratégie distincte tenant compte des saveurs du marché local et l’investissement dans un service de traduction de qualité établi sur le marché ciblé sauront grandement contribuer à l’atteinte de vos objectifs de communications.

benoit.bourdeau@cision.com'

About Benoit Bourdeau

Benoit Boudreau est Manager, Médias et contenu web de Cision